News
sécurité numérique digital

Méfiez-vous du phishing, les pêcheurs sont de sortie!

Recevoir la newsletter

Filoutage, hameçonnage ou encore phishing: voici les différents noms donnés à une technique utilisée par des personnes malveillantes pour détourner des biens.  

Concrètement comment ça marche?


C’est un système simple et bien rodé qui fait tout pour baisser votre niveau de vigilance sur internet :

  • Un mail avec un destinataire unique : vous
  • Une adresse mail d’expéditeur qui vous est familière: banque, impôts, CAF, etc…
  • Un objet de mail qui éveille l’attention : remboursement, mise à jours d’identifiant, etc

La plupart du temps, les mails invitent à se rendre sur une page de formulaire afin de fournir des données personnelles et souvent à caractère financier.Ces informations sont ensuite récupérées par les phishers. Pendant toute la procédure, la victime croit avoir à faire à un site officiel d’un opérateur qu’elle connaît. 

Bien sûr, tout cela n'arrive qu'aux autres!

Les chiffres sont pourtant percutants: sur le sol français, le phishing a explosé avec un taux de croissance de l’ordre de 60% en une année. En 2016, ce sont plus de 2 millions de français qui ont mordu à l’hameçon….

Dans les entreprises, cette forme de cybercriminalité à des conséquences financières conséquentes. Selon une étude Ponemom, le phishing à lui seul aurait un coût d’environ 3,7 millions de dollars par an pour une entreprise de plus de 10 000 employés…

Les techniques se développent tellement rapidement que votre vigilance pourraient bientôt être mise à l’épreuve.
Pour éviter de tomber dans le panneau, nous vous donnons quelques astuces: 
 

  1. Les centres des impôts, banques et organismes sociaux (CAF, mutuelles, etc.) n’envoient jamais ce genre de mails : Ils ne passeront jamais par un mail pour vous demander des informations personnelles.
  2. Saisissez vos informations personnelles sur des sites internet sécurisés : vous savez qu’un site est sécurisé lorsqu’un cadenas apparaît dans le navigateur et que l’adresse du site commence par HTTPS au lieu de HTTP.
  3. Ne cliquez pas sur les liens si vous avez un doute: ils peuvent rediriger vers des sites frauduleux. il est préférable de saisir manuellement l’adresse dans le navigateur.
  4. Redoublez de vigilance lorsque le mail demande une action urgente: soyez réaliste, si cela était vraiment urgent, passeriez-vous par un mail?
  5. Utilisez le filtre anti-phishing de votre navigateur internet : la plupart des navigateurs (Internet Explorer, Chrome, Mozilla Firefox, Opéra...) proposent cette fonctionnalité.
  6. Utilisez un logiciel de filtre anti-pourriel : ils vous  permetteront de réduire significativement le nombre de mails frauduleux.
  7. Et, évidemment, ne jamais répondre ou transférer ces courriels.

Oups...Vous tombez sur notre article un peu trop tard?

Pas de panique, dans un premier temps contactez votre banque pour leur expliquer la situation. Vous trouverez une solution rapidement. 

Dans un second temps, signalez l'escroquerie sur la plateforme « PHAROS », à l’adresse suivante : www.internet-signalement.gouv.fr
Cette plateforme permet de signaler les sites internet dont le contenu est illicite, mais aussi la réception de phishing.
Vous ne pourrez malheureusement pas effacer ce qu'il vient de vous arriver, mais vous ferez une bonne action pour lutter contre la cybercriminalité !

Et si vous voulez encore plus d'informations, retrouvez notre article sur la confidentialité des données en entreprise.